L'ABSyM réclame une prime télématique pour les spécialistes

Depuis 2016 l’INAMI paye chaque année aux médecins généralistes un montant forfaitaire qui a pour but de soutenir le fonctionnement de leur pratique et l'utilisation de e-services. La prime varie de 800 à 5.050 euros en fonction de la situation du MG et de l'utilisation des outils numériques de la plateforme e-health.

"L'ABSyM réclame également la création d'une prime télématique pour les nombreux spécialistes qui exercent en pratique privée. Il existe des incitants pour les autres prestataires extrahospitaliers. Il y a par exemple une prime pour les infirmiers depuis un mois. les spécialistes sont les seuls à ne rien toucher", indique Philippe Devos, le président de l'ABSyM. Des spécialistes hospitaliers qui, en janvier, seront soumis eux aussi à l'obligation d'e-prescription. 

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.

Derniers commentaires

  • Anne-Frédérique HUBERT

    30 septembre 2019

    Pareil
    Les spécialistes ne peuvent bénéficier d aucun soutien dans l engagement de secrétaire ni dans l informatisation avec tous les dépannages informatiques que cela’ comporte
    Nos honoraires de pédiatre ne sont pas mirobolants

  • Amaury BREVER

    29 septembre 2019

    @Eric Meirlaen : Sérieusement ? Commentaire complètement dédaigneux... Manque de connaissance des différentes spécialités et de la nomenclature, je suppose...

    Que le montant de la prime soit adapté à l'activité/les revenus ? Sûrement ! Mais pas deux poids deux mesures...

  • Eric Meirlaen

    27 septembre 2019

    Un spécialiste en cabinet privé ne gagne-t-il pas déjà assez que pour pouvoir s'équiper en informatique?
    Est-ce la manière la plus judicieuse de dépenser les maigres ressources résiduelles de la sécurité sociale ?

  • Cécile COURTIN

    27 septembre 2019

    Je suis spécialiste et ne comprends pas qu on ne puisse pas bénéficier d un soutien financier alors que nous sommes obligés de nous informatiser (avec les coûts et la perte de temps et d énergie que cette informatisation forcée implique) c courtin

  • Jean-Marc DESMET

    27 septembre 2019

    Effectivement c'est bien vrai, je souhaite développer cela et je suis limité par les frais énormes par rapport à ce que cela me rapporte