Télémédecine : la France rembourse, la Belgique attend encore

La semaine passée, un accord a été conclu en France sur le remboursement d’actes de télémédecine entre l'Assurance maladie et trois syndicats de médecins libéraux représentant une majorité de médecins libéraux. A partir du 15 septembre prochain, les médecins français pourront réaliser des téléconsultations (examen médical par visioconférence), rémunérées au même tarif qu'une consultation classique. Les prix ont été fixés :  25 euros pour un généraliste, 30 euros pour un spécialiste. Ils pourront aussi effectuer des téléexpertises (demande d'avis entre praticiens), payées à partir de 2019 entre 12 et 20 euros selon le niveau de complexité de l'acte. Afin que les médecins possèdent le matériel nécessaire pour travailler dans les meilleures conditions, une aide financière est prévue : jusqu'à 525 euros par an pour leur permettre de s'équiper notamment pour assurer la sécurité des données médicales échangées.

En Belgique, la problématique est toujours analysée comme l’explique Jean-Jacques Rombout, vice-président de l'Ordre des médecins : « Il y a une réflexion globale avec le cabinet à propos de la télémédecine. Toutefois, l'Inami n'a prévu à ce jour aucun remboursement pour les avis à distance. Actuellement, il n'y a toujours pas de projets retenus en la matière »

De son côté, le cabinet de la ministre fédérale de la santé, Maggie De Block, rappelle qu’ « une des conclusions des projets pilotes concernant les applications de santé mobiles est que la télémédecine doit s’inscrire dans un cadre plus large que les applications mobiles. » Selon elle, la télémédecine offre la possibilité d’un accès plus facile aux soins et d’une collaboration accrue entre professionnels. Pour les maladies chroniques aussi bien que pour des situations aiguës (comme l’AVC) et dans des contextes très divers : maison de repos, au domicile du patient, dans le contexte des soins d’urgence ou interhospitaliers.

Pour elle, il s’agit d’actes médicaux et toutes les conditions y afférentes devront être remplies. « Le dossier est actuellement à l’étude. Le but est d’élaborer des critères et des règles claires afin que la santé mobile trouve une place structurelle dans le secteur des soins de santé. Doivent encore être discutés des aspects comme la sécurité, le respect de la vie privée, les modes de rémunération, etc. » conclut-on du côté du cabinet de la ministre.

Le remboursement est donc bien sur la table mais sans accord définitif à ce stade.

Pour rappel, à ce jour, Partena Ziekenfonds notamment a ouvert la voie en accordant le remboursement de l'appli Fibricheck pour l’arythmie cardiaque avec une intervention de l'assurance complémentaire de 10 euros par consultation.

Lire aussi :

FibriCheck en tête sur la voie du remboursement

Consultation virtuelle: l'Ordre maintient son avis négatif

Le débat continue sur @numeriKare

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.