L'Ordre reconnaît l'utilité de la télémédecine

Dans un récent avis concernant les conditions pour lesquelles un généraliste pouvait refuser des patients , le Conseil national de l'Ordre , contre toute attente, cite la télémédecine comme" initiative contribuant à une meilleure efficacité de la médecine générale"

Il y a plus d'un an, appellé à se prononcer sur la plateforme ViVidoctor.com une plateforme de consultation virtuelle, l’Ordre répétait sa position: « poser un diagnostic sans contact physique avec le patient est dangereux."Le Conseil national rappelle que "les consultations virtuelles dans le cadre du suivi d'un patient connu ne peuvent être utiles que dans des cas exceptionnels. En Belgique où l'accès aux soins de santé est très aisé, une consultation virtuelle, si elle apparaît facile d'utilisation, n'a pas la précision d'une consultation réelle sur le plan de la sécurité du patient, de la pose du diagnostic et de la délivrance de médicaments." 

Si le Conseil national maintient ses mises en garde sur le diagnostic sans contact physique , il revoit néanmois sa copie dans un de ses derniers avis.concernant le refus de nouveaux patients en médecine générale.

On peut en effet y lire que 'diverses initiatives contribuant à une meilleure efficacité de la médecine générale sont de nature à libérer du temps dans le chef des praticiens et ainsi à leur permettre d'accueillir de nouveaux patients : aides administratives, allègement administratif, participation des patients à leur propre prise en charge (empowerment, autosurveillance, etc.) et télémédecine. Une évolution que l'Ordre encourage "de façon à permettre une utilisation optimale de la force de travail en médecine générale." 

Un changement de cap qui suit l'annonce récente de l'ABSyM sur ses projets dans le domaine de la téléconsultation.

Lire aussi :

>Téléconsultation : Jacques de Toeuf révèle les projets de l’ABSyM

>Consultation virtuelle: l'Ordre maintient son avis négatif

Ma salle d’attente est là où mon fauteuil se trouve (Frank Ponsaert)

Télémédecine : la France rembourse, la Belgique attend encore

Vous souhaitez commenter cet article ?

L'accès à la totalité des fonctionnalités est réservé aux professionnels de la santé.

Si vous êtes un professionnel de la santé vous devez vous connecter ou vous inscrire gratuitement sur notre site pour accéder à la totalité de notre contenu.
Si vous êtes un patient interessé par des informations médicales validées, consultez notre site grand public www.vivasante.be.
Si vous êtes journaliste ou si vous souhaitez nous informer écrivez-nous à redaction@rmnet.be.